1 — La crédibilité au cœur de notre projet

L’écologie a besoin d’un parti qui démontre sa compétence collective et sa détermination à assumer le pouvoir, y compris dans les plus hautes fonctions de gestion du pays.

Éva Sas, notre candidate au secrétariat national, répond à cette exigence de crédibilité. Économiste et ancienne députée, elle saura rassembler notre mouvement et incarner une écologie politique ambitieuse, radicale et réaliste, résolue à à assumer durablement ses responsabilités.

Sa tâche et celle du bureau exécutif, pour les trois années à venir, seront de préparer les écologistes à gouverner :

• En nourrissant notre réflexion et en affinant nos propositions que nous mettrons en discussion via un cycle de conventions thématiques associant la société civile organisée : ONG, associations, universitaires, intellectuel et intellectuelles, mouvements de jeunesses ;

• En construisant un contre-gouvernement qui couvre tous les champs de l’action gouvernementale, y compris les questions économiques et budgétaires, et les fonctions régaliennes, sur lesquelles la crédibilité des écologistes est à renforcer.

Ensemble, nous mettrons les écologistes en capacité de conquérir et d’exercer le pouvoir.

2 — Une ligne constante et claire, l’écologie comme ligne de force

Notre ligne et notre stratégie politiques ont trop souvent été prisonnières d’arrangements et de louvoiements. Il n’est plus possible de naviguer à vue. Le résultat des européennes et la victoire de la ligne et de la détermination portées par Yannick Jadot l’ont montré : c’est lorsqu’on est clair sur la trajectoire, que l’on est suffisamment solide pour ne pas se laisser dévier, qu’on l’emporte.

C’est la ligne qui nous permis de gagner aux européennes, c’est celle qui doit nous guider pour gagner demain aux municipales, aux départementales, aux régionales. Les questions environnementales au centre du débat public, l’autonomie et la singularité du projet écologiste, la volonté et la capacité affirmée des écologistes à prendre le pouvoir, doivent être les lignes de force de notre positionnement.

3 — L’impératif du renouvellement pour former l’avenir de notre parti

Au temps de l’écologie, nous ne nous inscrivons pas dans la continuité de motions existantes, nous rassemblons des militantes et militants de tous les courants et beaucoup de nouveaux et nouvelles adhérentes, qui se sont retrouvées dans la dynamique des européennes. Nous faisons toute leur place aux jeunes, comme le montre notre liste au Bureau Exécutif, et nous portons des propositions concrètes pour l’accueil et la formation des nouveaux et nouvelles adhérentes.
Contributions

4 — Pour un véritable tournant démocratique

La démocratie interne de notre parti a été maltraitée ces dernières années. Elle doit être pourtant considérée comme un bien précieux, en ce qu’elle seule permet la mobilisation active et durable du collectif que nous formons.

Le Temps de l’Écologie entend rompre avec une gouvernance trop centralisée du mouvement, trop resserrée sur les cercles étroits où s’élaborent des décisions qu’on ne soumet plus ensuite qu’à validation formelle des adhérentes et adhérents. Les écologistes portent la démocratie participative sur nos territoires. Nous devons donc nous appliquer en interne ce que nous prônons pour l’externe.

A l’heure où d’autres partis sont critiqués, à juste titre, pour leur gestion autoritaire et descendante, montrons la spécificité des écologistes, c’est-à-dire la participation des adhérentes et adhérents à la prise de décisions collectives. Concrètement, nous proposons que toute décision stratégique majeure, notamment celle de la refondation et de l’élargissement, soit précédée d’un débat d’orientation décentralisé en régions pour permettre la participation du plus grand nombre d’adhérents et d’adhérentes.

La démocratie, c’est aussi la transparence et la stabilité juridique. Les règles de désignation de nos candidates et candidats, en interne comme en externe, ne pourront être modifiées à moins d’un an des échéances. La motion s’est elle-même appliquée cette exigence en votant pour la désignation de notre candidate au secrétariat national et pour la désignation de la liste pour Bureau exécutif.

5 — Conduire l’élargissement et construire le futur de l’écologie

Notre ligne de développement du parti est claire et cohérente : d’abord renforcer notre mouvement puis aller vers notre dépassement en construisant la maison commune de l’écologie, avec l’ensemble des mouvements qui mettent l’écologie au cœur de leur projet, et en ravivant le dialogue avec l’ensemble des forces de gauche qui partagent une grande partie de nos valeurs et nos priorités. La clarté et la cohérence sur nos propres bases constituent les conditions indispensables pour rassembler autour du projet écologiste des coalitions susceptibles de gagner des conseils régionaux et départementaux en 2021, puis pour permettre l’émergence d’une alternative crédible, en 2022, au duel annoncé Macron-Le Pen.

Cinq bonnes raisons de voter pour Le Temps de l’Écologie, cinq axes d’un plan d’action pour faire de notre parti la seule alternative crédible pour répondre à l’urgence climatique et au chaos politique dans lequel notre pays est plongé. Parce que nous devons devenir la force incontournable de notre pays, votez pour une écologie forte, autonome, radicale, crédible et démocratique, votez pour Le Temps de l’Écologie.