par Vincent Dubail

Avec 1/3 de nouveaux adhérents sur les 8000 que compte notre parti, nous avons un grand défi : réussir l’accueil des nouveaux arrivants. Etape essentielle pour construire le grand mouvement de l’écologie que nous appelons de nos vœux. Il s’agit d’être attractif, de fidéliser et transformer les adhérents en militants actifs. La manière de s’y prendre doit être à l’image et à la hauteur des valeurs d’ouverture et d’altérité que nous défendons. L’adhésion n’est pas un acte anodin. Pour certains, c’est l’aboutissement d’un processus longuement mûri, caractérisé par des hésitations et des revirements avant de passer à l’acte.

Notre parti doit réapprendre à accueillir.Plusieurs facteurs jouent dans le sentiment d’un accueil raté:

  • Un manque de réactivité que ce soit de prise de contact quand celle-ci n’est pas simplement inexistante ;
  • Un manque d’écoute sur leurs envies, ainsi que de bienveillance et d’humilité pour entendre les critiques concernant les carences de l’écologie politique. Ces difficultés à écouter nous empêche de mieux connaître et d’identifier les compétences et les savoir-faire présents chez les adhérents, qui seraient utiles pour notre parti.
  • Un manque dans le niveau d’information sur les possibilités d’implication, le fonctionnement et la vie de notre parti.

Conforter l’acte d’adhésion

L’adhésion est souvent sujet à hésitation avant de passer à l’acte. Des balises doivent pouvoirguider, rassurer et donner confiance dans l’acte d’adhérer. Le site national devra mettre en place une Foire Aux Questions, reprenant les interrogations classiques de futurs adhérents (justificatif fiscal, anonymat des données, la signification d’une adhésion, temps avant prise de contact, le rôle et le fonctionnement des instances, les possibilités pour s’impliquer…).

Etre réactif : le premier échange, une étape cruciale

Un mail automatique de bienvenue et de remerciement, dès l’adhésion devra être envoyé incluant des informations essentielles comme le temps moyen d’une prise de contact, les grands rendez-vous, la présentation des prochaines étapes et les engagements possibles concrets et rapides (s’abonner et interagir sur les réseaux sociaux, donner les coordonnées des cosecretaires du GL…)

Les responsables locaux devront être informés de l’arrivée de nouveaux adhérents par un système d’alerte automatique et ils seront encouragés à prendre contact pour établir d’une première rencontre physique.

Le niveau régional organisera mensuellement un pot d’accueil afin de partager et construire une culture commune sur les fondamentaux de l’écologie politique et faciliter l’insertion des nouveaux dans les groupes locaux.

Différentier selon les envies

Entre le militant très actif et la personne qui souhaite simplement soutenir financièrement le parti, il y a une multitude d’engagements possibles. Nos outils actuels comme la mailling liste ne sont pas propices à conforter l’engagement.

Lors de l’adhésion, devra être proposée la possibilité de s’abonner à certaines listes. Ce choix et les multiples possibilités qu’il réserve (listes de diffusion nationale, régionale, départementale et locale, listes de discussion thématique) devra être présenté et faire l’objet d’explications claires notamment la différence entre liste de discussion et de diffusion. L’adhèrent devra être en capacité par la suite de pouvoir modifier ses abonnements via son compte personnel.

Diffuser et systématiser l’information

L’envoi d’information à tous les adhérents doit être amélioré par : les grands moments qui rythment le fonctionnement de notre mouvement (JDE, CPD, CPR, CF), les coordonnées des responsables régionaux ou départementaux, les liens utiles vers les associations locales ou les experts régionaux, les possibilités d’implication personnelle. 

Un kit d’accueil sera constitué et remis à chaque nouvel adhérent. Il reprendra l’ensemble des éléments de la vie de notre parti (temps fort, fonctionnement, commission, rôle des motions, les manières de s’impliquer en fonction de son temps, les contacts utiles, le rôle des listes, les réseaux sociaux…). Nous pourrons nous appuyer pour cela sur un outil qui est resté inconnu et en jachère : Giraff.

La désignation de référents thématiques dans les régions en lien avec les commissions aiderait à diffuser la connaissance. Les référents auraient à cœur de produire des fiches sur nos combats. Ce contenu serait diffusé aux nouveaux adhérents et ainsi transmettre une culture commune de l’écologie politique. Le travail réalisé par la FEVE pourra être mis à profit. Son site présente des fiches pratiques sur de multiples thématiques : pesticides, changement climatique, pollution de l’air, etc.

La formation

Des formations à l’accueil, à la conduite d’un entretienou encore à la communication non violente et bienveillante – notamment pour animer les réunions et groupes locaux – seront misent en place et fortement recommandées aux animateurs et personnes s’occupant de l’accueil. Il s’agit d’améliorer l’écoute active en interne, sur tous les sujets, même les questions rebattues. Une fiche méthode sera transmise à l’attention des responsables de groupes locaux pour améliorer l’accueil.

Nous devons former les nouveaux militants, leur donner confiance pour leur permettre d’envisager sereinement de prendre des responsabilités. Cela implique de multiplier les formations internes notamment via l’utilisation de plateformes numériques comme YouTube, Twitch, ou conférence avec des rendez-vous hebdomadaires. Cela permettrait également de rendre l’écologie politique attractive et de créer un temps fort dans l’agenda de tout adhérent.