Par Théo Garcia-Badin

               « Le courage, c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel, c’est d’agir et de se donner aux grandes causes. »

Jean Jaurès, Discours à la jeunesse.

La forte mobilisation des jeunes lors des marches mondiales pour le climat, la parution de multiples manifestes appelant à la transition écologique par des mouvements étudiants et lycéens ou encore l’émergence de figures comme Greta Thunberg et de mouvements tel que Youth for climate ou Extinction Rebellion ont marqué l’accélération et l’amplification de l’engagement des jeunes pour l’écologie en France et dans le monde.

Les élections Européennes de mai ont confirmé cette émergence d’une nouvelle conscience politique écologique chez les jeunes. Avec plus 28 % des votes chez les 25-34 ans et 25 % des votes des 18-24 ans, les jeunes ont largement contribué au bon score de la liste écologiste menée par Yannick Jadot. La même tendance s’observe dans d’autres pays comme en Allemagne où les jeunes ont voté à 30% écologiste loin devant les 13% du SPD arrivé second. En votant massivement pour nous la Génération climat nous a confié la responsabilité de porter et d’incarner ses revendications et son combat pour l’avenir. Il est primordial pour nous écologistes de garder cette confiance et d’intégrer celles et ceux que nous avons appelés à prendre leur destin en main en votant pour nous.

L’enjeu est de taille pour les municipales de mars mais aussi pour les élections départementales. La mobilisation des jeunes lors des élections européennes a notamment permis de déjouer les pronostics et de faire émerger les écologistes comme une nouvelle offre politique crédible face à la fuite en avant libérale de LREM et au nationalisme populiste du RN.

Concernant l’intégration des jeunes au sein du mouvement il faut sans doute poursuivre nos efforts notamment en améliorant la représentation des jeunes au conseil fédéral. L’examen des récentes campagnes électorales montre aussi que beaucoup de chemin reste à parcourir concernant l’intégration des jeunes dans les candidatures externes. Si nous pouvons nous réjouir de l’élection de Marie Toussaint à l’élection européenne, avec seulement 6 jeunes de -30 ans, soit 7,59 % de la liste dont aucun-e présent-e dans les 20 premiers de listes, l’intégration des jeunes sur nos listes reste insuffisante. Et cela en contradiction avec nos propres propositions programmatiques – sanctionner les partis qui ne présenteraient pas au moins 20 % de candidat-e-s âgés de 16 à 30 ans aux élections. Nous ne respectons pas non plus nos engagements auprès du PVE (voir la résolution Renewing and rejuvenating the Greens) qui nous engage à placer des jeunes en position éligible.

La situation française contraste avec la situation de nos partenaires écologistes européens qui ont largement avancé sur l’intégration des jeunes dans les fonctions internes et externes de leur parti. En Allemagne ; 1/3 des eurodéputé-e-s nouvellement élu-e-s ont -35 ans (7) ; aux Pays-Bas le système de vote préférentiel à permis à Kim van Sparrentak, exprésidente de la Fyeg – le mouvement des Jeunes Écologistes européens -, de remonter de la 7e à la 3e place et d’être élue ; au Danermark, Kira Marie Peter-Hansendevenant, placée en 3e position, devient à 21 ans la plus jeune eurodéputée de l’histoire; au Royaume-Unis le parti vert d’Angleterre et du Pays de Galles a envoyé pas moins de 3 jeunes eurodéputés sur les 7 élu-e-s. Enfin en Finlande quelques semaines avant les élections européennes 3 militantes des jeunes écologistes ont été élues au Parlement.

Au lendemain des Européennes le secrétaire national d’EELV a rappelé que la responsabilité d’EELV était aujourd’hui de construire une nouvelle force politique capable de conquérir le pouvoir en s’appuyant notamment sur « la société mobilisée, la jeunesse, la Génération climat ». Alors donnons-nous les moyens de le faire en mettant davantage en avant nos candidat.es jeunes, en leur offrant de vraies possibilités d’être élu-e-s et en leur donnant l’opportunité d’assumer des responsabilités en interne comme en externe. Faisons mouvement avec la Génération Climat !